7038147412

One Belt One RailRoad

EU-UE_eurobole.comLes ministres allemand et français de l’économie Peter Altmaier et Bruno Le Maire furieux contre la Commission, la commissaire à la concurrence Margrethe Vestager critiquant ceux qui sont bavards dans les médias, des noms d’oiseaux échangés entre États membres et institutions, l’Union Européenne raillée à travers le monde à trois mois de ses élections parlementaires. En bloquant le 6 février la fusion entre les branches ferroviaires d’Alstom et de Siemens, la direction générale concernée est dans son rôle, appliquer le droit européen de la concurrence tel qu’établi sous le mandat de Leon Brittan (1989-1993), selon des dogmes libéraux très britanniques, ce qui à l’heure du Brexit ne manque pas de sel marin. Planifiée en septembre 2017, la fusion Alstom-Siemens n’aura pas lieu de sitôt et, en plus de Marine Le Pen, cela fait une heureuse, la China Railway Rolling stock Corporation, au site coco hébergé dans les îles Cocos. Elle-même issue de la fusion en 2015 de deux entreprises chinoises d’État, la CSR Corporation Limited et la China CNR Corporation Limited, la CRRC est un mastodonte de l’industrie ferroviaire, présent dans 104 pays, comptant 46 filiales, pesant quelque 30 milliards d’€ de chiffre d’affaires, actif dans la construction de trains, de métros et même de bus électriques. Avec son programme One Belt One Road, la Chine ne se contente pas d’acheminer des biens d’un bout à l’autre de l’Eurasie, elle veut également contrôler le premier moyen de transport terrestre d’OBOR, le système ferroviaire. La commissaire Vestager estime qu’il n’y a aucune perspective de l’arrivée des Chinois sur le marché ferroviaire européen dans un futur proche. Stricto sensu ce n’est pas faux. La CRRC y est déjà présente dans le présent proche: hors UE, en Macédoine du Nord et en Serbie, et en UE, en Allemagne et en France, via ses partenariats avec les Technischer ÜberwachungsVerein et avec Clément-Bayard Technologies.

«Er… We, er, are just discussing the ruins, Elizabeth.»

Alan Webb, The First Great Train Robbery

«Euh… Nous, euh, sommes justement en train de discuter des ruines, Elizabeth.»

Alan Webb, La Grande Attaque du train d’or

Suite au déraillement de la concurrence européenne, les syndiqués se sont félicités du véto à la fusion de leurs entreprises, mais ils devraient rire jaune à l’arrivée des low-cost-Mao-biles.

Un train de vie concurrentiel

[…]

Pour lire la suite veuillez faire un don.

© eurobole.com

Sur le même sujet:

571-208-6606
23 janvier 2019

L’imagination au nouveau pouvoir
5 mai 2018

JOURNAL SUBSTANTIFIQUE EUROPÉEN